Suis je Charlie ?

je suis charlie

 

 

 

 

 

Cette réaction, belle et unanime, tourne en boucle sur le net, la tv, les radios, depuis 36h; comme un leitmotiv dont on voudrait s'enivrer  pour oublier l'acte odieux et indicible qui vient d'être commis. Mais à bien y regarder je ne suis pas Charlie.

En dépit des voyages que j'ai pu réaliser comme guide de haute montagne depuis près de 20 ans, à cotoyer des populations aux cultures et religions fondamentalement différentes de la mienne, je  reste un nanti de la liberté, un enfant gaté de la démocratie. 

Gravir des sommets , parcourir des terres peu connues, emmener des gens dans ces recoins considérés comme austères ou inaccessibles... Cet art de vivre , de considérer et d'arpenter le monde m'ont toujours semblé être, à leur petit niveau, une façon détournée de montrer qu'il fallait apprécier la vie et chérir la chance que nous avions d'être citoyens d'un monde libre, citoyens d'une société qui refuse la barbarie, l'obscurantisme, le racisme, le diktat des minorités ou majorités violentes.  

Il y a quelques mois un de mes collègues guides, Hervé Gourdelle, est tombé sous les coups du fanatisme religieux alors que , lui aussi, emmenait des clients pour les faire rêver et leur faire découvrir ces territoires et peuplades qu'il chérissait.  A l'époque cela m'avait fichu un sale coup. J'avais l'impression que notre planète venait de se rétrécir brutalement. Je commençais à scruter ma mappemonde d'un regard inquiet avec comme question immédiate "Est ce que ça craint par là ?".

Hier l'univers s'est encore rétréci car la tuerie s'est déroulée ici, chez nous. En outre, fait qui rajoute à l'horreur, ces extrémistes on volé un pan de mon histoire, m'ont dépossédé d'un morceau de mon passé. Un pan rigolard, caustique, sarcastique, au vitriol comme je l'aime, mais aussi  tellement humain et sensible. Après avoir commencé à dresser des murs pour réduire ma vision du monde ces salopards s'en sont ainsi pris à mon coeur, ma mémoire, à mon esprit.

Alors  non, aujourd'hui je ne suis pas Charlie , car je n'ai jamais eu à me battre pour défendre cette liberté  que j'aime passionnément.

Non, je ne suis pas Charlie car je n'ai pas eu à me dresser contre des fous de tous bords.

Non, je ne suis pas Charlie , car je ne sais pas si, le cas échéant, j'aurai cette force et ce courage de me tenir droit pour résister, fut ce au prix de ma vie, à ceux qui ,aujourd'hui comme demain, voudront peut être asservir tout ce en quoi je crois au nom d'un dogmatisme aveugle.

MAIS

Je refuse qu'ils m'empêchent de rire de leurs prophètes, leurs idoles,leurs totems....

Je refuse de les laisser insinuer la peur dans ma vision de l'autre.

Je refuse qu'ils fragilisent la démocratie où grandissent mes enfants.

Je refuse de leur céder un pouce de terrain de la République où nous existons en paix.

Je refuse qu'ils entachent mon esprit de soupçons haineux liés à la confession ou la couleur de peau de mon voisin.

C'est en cela et en bien d'autres points que je serai peut être Charlie.

Philippe Collet.